Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politis International - Page 4

  • Affaire Khashoggi: le livre qui confirme le meurtre-boucherie au consulat

    A l'occasion du récent G20 organisé en Arabie Saoudite par le prince héritier M.  Ben Salman, de nombreux observateurs dont les ONG n'ont pas manqué de rappeler la terrible affaire du meurtre perpétré au  consulat turc contre l'éditorialiste du Washington Post, Jamal Khashoggi venu pour un opération administrative privée piégeuse.

    Un an après, personne n'a oublié le crime sous commande par une équipe liée au prince au pouvoir. Dont le royaume  a nié, puis reconnu avec difficulté une partie seulement des faits. Le dossier est toujours traité par la justice locale.

    Un livre turc est sorti récemment en langue française (le 12/10/20) intitulé "Sauvagerie diplomatique" aux Editions Le Jardin des Livres , traduction d'un ouvrage rédigé par trois journalistes bien informés du média Daily Sabah: F. Unlu, A Simsek,N Karaman.affaire #kashoggi,#meurtre au consultat,#turquie,arabie saoudite,"mbs

    Ayant eu accès aux données de services secrets - lesquels confirment l'existence  de micros muraux, la preuve étant dès lors totale! - les auteurs  donnent un  rendu hyper précis des faits: depuis  l'entrée de l'individu venu chercher un document à son assassinat et la boucherie de découpe du corps qui en suivit. 

    L'ouvrage  est de type policier. Et pour cause...Puisque  basé sur ce qui s'est réellement passé, par l' accès aux sources des services secrets turcs du MIT.

    Le timing implacable bien décrit fait exploser en vol les dénégations saoudiennes de cette délégation de tueurs qui sont allés jusqu'à déguiser l'un des leurs avec les habits du récent assassiné pour une fausse promenade en ville. Mais avec les mauvaises chaussures! 

    L'enquête basée sur les enregistrements sonores décrit les sept dernières minutes de vie de l'individu, révèle ce que se sont réellement  dits les quinze assassins de l'équipe. Elle donne leur identité, leur spécialité. Elle va jusqu'à transcrire les  réactions de dénégation téléphoniques au plus haut niveau de la partie saoudienne.

    Le corps fut démembré sur place,  le visage défiguré, les restes déposés et retrouvés dans les jardins du consul saoudien  à Istanbul.

    A savoir la victime était en fait plus qu'un chroniqueur mais un  opposant politique et religieux.  Selon l'observatoire  OJIM : son "second exil [aux USA après Londres] est consécutif à la prise de pouvoir du pays par le nouveau prince héritier Mohammed Ben Salman (alias MBS) en 2016, avec lequel les relations de Khashoggi étaient notoirement exécrables, le journaliste ayant soutenu un autre prince pour la succession du roi. Avant sa mort il aurait voulu mettre en place une équipe de cyber information (les Abeilles) pour contrebalancer les trolls informatiques de MBS (les Mouches), s’attirant l’animosité de MBS et de son entourage."

    L'Observatoire du journalisme (OJIM) a signalé- rare à le faire- la sortie de cet ouvrage fort  intéressant pour la bonne connaissance de l'affaire Khashoggi.

    L'article OJIM  re-situe les enjeux plus larges en raison du profil particulier de Khashoggi lequel dépasse la simple profession de journaliste: "Le tout sur fond de rivalité entre la Turquie et l’Arabie saoudite dans le monde musulman. Les Turcs soutiennent les Frères Musulmans qui sont soit pendus soit emprisonnés en Arabie Saoudite. Le livre, très documenté, assez touffu, se lit comme un roman policier. Les odes et dithyrambes au régime turc, au président Erdogan et à sa politique, nuisent au récit et sont parfois empreints de ridicule sans obérer l’intérêt d’ensemble de l’ouvrage."

    Tout est dit par ce  commentaire  sur Sauvagerie Diplomatique dont on apprécie effectivement moins les dithyrambes laudatives  peu journalistiques et hors sujet pro-régime.

                            SECONDE AFFAIRE "KHASHOGGI" AU CANADA

    Par extraordinaire, le prince MBS a participé activement peu après l'affaire Khashoggi,  à la tentative d'élimination d'un  autre opposant, Al Jabri, au Canada, via Toronto.

    Une tentative toute aussi  visible, amateure, et "pieds-nicklés" que celle d'Istanbul (des sacs emplis d'instruments médico-légaux au passage de frontière avec un groupe d'individus aux visas touristiques et  se voulant discrets ! ) Elle lui est postérieure.

    Le prince saoudien est depuis août dernier assigné par l'opposant visé, al Jabri,  auprès de  la justice américaine à Washington.

    Jamal Khashoggi lui ne peut plus s'exprimer.

    Mais personne n'oublie ce fait-divers sauvage, atypique.

    Car un consulat, une ambassade sont les lieux régaliens respectables et respectés de représentation de  pays existants. Et non des lieux de crimes et tortures. Choc à l'ONU. Choc général que cette affaire criminelle.

                                                       Sylvie Neidinger

     

    Sauvagerie diplomatique. Le Jardin des Livres

    ISBN-978-2-36999-001-7

     

  • MBS, Prince d'Arabie Saoudite récidive ses opérations criminelles, cette fois au Canada

    Malgré  l'affaire Khashoggi, ce journaliste passé à la scie sauteuse et dissous à l'acide au Consulat d'Arabie Saoudite d'Istanbul par une équipe saoudienne, le commanditaire, Mohamed Ben Salman, fils du roi,  continue ses crimes. 

    Les opposants décrivent le Prince comme psychopathe (Il  avait même enfermé sa mère.) Il arrête, fait exécuter ses opposants dans le pays, à l'extérieur également.

    Cette fois il envoie une équipe de tueurs des USA vers le Canada à Toronto.

    Or, les services canadiens, très professionnels, ont repéré l'équipe de meurtriers saoudiens.

    L'opposant, al Jabri porte plainte aux USA avec un document de 110 pages.

    Selon Agnès Callamard, enquêtrice de l'ONU, le Prince saoudien MBS  totalement  impliqué dans l'affaire Khashoggi  devrait être jugé.

    Problème il est  protégé par son ami Donald Trump. 

    Il récidive, au Canada cette fois. Mais ses  meurtiers arrivaient bien des USA. 

    10 août 2020. Un tribunal Washington semble avoir convoqué le prince saoudien MBS . Affaire à suivre que cette assignation personnelle.

                                                                               Sylvie Neidinger

     

    https://www.lorientlejour.com/article/1228588/un-ex-espion-accuse-le-prince-heritier-de-vouloir-lassassiner.html

     

    https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/2020-08-06/ben-salmane-aurait-envoye-des-assassins-au-canada-pour-tuer-un-haut-responsable.php

     

    https://www.cnews.fr/monde/2020-08-07/un-ancien-espion-saoudien-accuse-le-prince-heritier-mbs-davoir-voulu-lassassiner

  • Brexit, déni

    Le feuilleton inter...minable du Brexit se poursuit. Quatre ans déjà...mine de rien. Aucune avancée.

    Pour que la sortie du Royaume-Uni se fasse par accord, le Royaume-Uni (1) doit probablement cesser de se voir, de se comporter  comme Centre du monde devant qui impérialement tous les autres (27) ont mission de  s'incliner...

     La phase finale est enclenchée, dans un sens  ou l'autre. Le Temps consacré aux discussions est désormais pratiquement épuisé. Dès lors, Réalisme réclamé !

    Voici le ton synthétique du message de Angela Merkel dont le pays prend demain 1er juillet 2020 la présidence tournante du Conseil de l'Union Européenne. En substance, que le Royaume-Uni  assume les conséquences de ses actes. Il est lui demandeur du départ:

    "Nous devons nous défaire de l'idée que c'est nous [UE] qui définissons ce que le Royaume-Uni devrait vouloir», assène la chancelière, qui a par le passé toujours redoublé d'efforts pour éviter un Brexit dur. «Le Royaume-Uni définit et nous, en tant qu'UE à vingt-sept, apportons la réponse appropriée», affirme-t-elle désormais. «Si le Royaume-Uni ne veut pas de réglementation comparable à celle de l'Europe en matière d'environnement, de marché du travail ou de normes sociales, nos relations perdront en intensité"

    EN FINIR avec ce Brexit  de déni!                                             

                                                                         Sylvie Neidinger

  • Démocratie volée: présidentielles 2017 et "l'affaire" Fillon

    Rien ne dit absolument que François Fillon aurait gagné la présidentielle 2017.

    Encore fallait-il que ce soit les électeurs qui en décidassent.

    Au lieu de quoi, dès que le nom de Fillon est sortir de la Primaire de Droite, au grand dam de ceux qui voyaient Alain Juppé vainqueur, une véritable machine à éliminer le candidat en amont s'est mise en place.

    Par la Justice et les médias type BFM TV, presse people à coups de Unes etc.

    Ceux de Droite (parti, électeurs, hommes politiques) avaient tout à fait noté une accélération inouïe de la procédure.

    Désormais on peut qualifier la séquence de vol démocratique.

    Madame Houlettre procureur en charge du dossier vient -avec retard !- témoigner devant une commission d'enquête de l'Assemblée Nationale des pressions inouïes subies par le Parquet et au dessus le Ministère de la Justice- Rappel: sous Hollande.

    https://www.francetvinfo.fr/politique/francois-fillon/affaires-fillon/affaire-fillon-l-ancienne-procureure-dit-avoir-subi-des-pressions-de-sa-hierarchie-des-responsables-politiques-s-en-emeuvent_4013067.html

    https://actu.orange.fr/politique/videos/affaire-fillon-le-parquet-national-financier-etait-devenu-un-bras-arme-pour-assassiner-politiquement-notre-candidat-declare-nadine-morano-CNT000001qYqCw.html

    Ceux qui  n'avaient jamais douté d'une "mise à mort politique de François Fillon  en amont" expriment ouvertement leur colère.

    C'est à l'électeur de choisir entre les candidats et non au Ministère de la justice du ....sortant François Hollande.

    François Fillon avait sur la relation Europe-USA-Russie une position intermédiaire. Celle de  faire entrer St Pétersbourg comme partenaire économique de l'UE soit  des relations normalisées. C'est stricto senso la position chiraquienne.

    Idem: sur les guerres du proche-orient, il prône un avis intégrant tous les acteurs. Et fustige la position occidentale de guerre, qui met les chrétiens au ban.

    Il  a payé cher le prix de ses positions.

    On ne peut incriminer Emmanuel Macron de ces actes judiciaires accélérés autour du candidat de droite. Mais l'actuel président  reste  celui au final à qui le "crime de lèse-démocratie" a profité. Candidat presque inconnu, venu de nulle part et sans parti.

                                               Sylvie Neidinger

    Suite...

    La politique c'est souvent glauque..

    Commentaires lus : Fillon, Le Pen et autres opposants aux socialistes également dans le viseur juste avant l'élection.

    La procureur Houlette a-t-elle" le syndrome A Buzyn" ? Elle ne dit rien quand elle subit toutes les pressions en 2017 pour accélérer les enquêtes Fillon, puis vient signaler qu'elle a subi des pressions , ce  en 2020 devant une commission puis signale que ses propos sont mal interprétés !

     

  • 30 JANVIER 2020- L'OMS a bien alerté le monde entier le 30 JANVIER

    Depuis Genève, l'OMS rappelle avoir prévenu le monde entier le 30 janvier.

    "Non, l'OMS n'a pas tardé à lancer l'alerte rouge, a réaffirmé son directeur  Tedros Ghebreyesus  Nous l'avons fait le 30 janvier. Alors qu'il n'y avait que 82 cas en dehors de la Chine et aucun mort. Tedros Ghebreyesus estime que le reste du monde avait suffisamment de temps pour se préparer"

    EXACT

    La Lombardie confine 11 villages le 24 février.

    L'Italie se confine le 9 mars.

    La France organise le confinement au lendemain des municipales, le 17 mars.

    Cinq états américains dont la Californie se confinent le 19 mars. Les USA dans leur globalité  plus tard. Rappel L'information date de janvier. D Trump fut prévenu.

    Rappel : le premier cas covid-19 américain était annoncé le 21 janvier 2010.

    Tout ceci pour "remettre l'église au milieu du village". 

    Les politiciens, Trump, Macron sont prévenus dès janvier par le renseignement

    Notamment quand les dirigeants politiques Trump, Macron etc.. viennent dire que la Chine... n'avait pas tout dit. (Peut-être. Notamment l'ampleur et la date initiale en novembre 2019. Mais cela ne justifie rien.)

    Ou pour certains dirigeants, démolir l'OMS...

    Quand on refait le timing, on constate que l'alerte avait bien été donnée !

                                  Sylvie Neidinger

     

    E Macron fut prévenu par son Ambassadeur à Wuhan en ...décembre 2019

     

                    

                                               RUBRIQUE COVID-19